Aller au contenu


Accueil > Actualités > Toutes les actus

Séminaire | Seizième séminaire-apéro du CEL

Evènement | le 13 septembre 2018

De 16h à 18h

Le Centre d’Études Linguistiques (CEL) organise son seizième séminaire-apéro à l’Université Jean Moulin Lyon 3.

A cette occasion, Marleen Haboud, Professeure de linguistique à la Pontificia Universidad Católica del Ecuador, donnera une conférence intitulée : "Nouvelles méthodologies collaboratives pour la documentation et la revitalisation des langues : les défis de l’interculturalité".
 

Le séminaire sera donné en anglais, français et espagnol.
 

Description

Dès l’arrivée des Espagnols en Amérique au XVe siècle, les langues européennes (superstrat) se sont superposées aux langues amérindiennes (substrat). Au XVIe siècle, le processus de colonisation installe une situation de diglossie. En effet, les langues européennes ont été imposées comme langues de « culture et civilisation ». Aussi les langues amérindiennes ont-elles été reléguées à la marge ; elles se sont maintenues, mais difficilement, car limitées, dans le meilleur des cas, à la sphère de la communauté et de la famille. Au début du XIXe siècle, à l’issue de l’indépendance, dans la jeune république de l’Équateur comme dans les anciennes colonies espagnoles, les nouveaux États sont dirigés par une élite ‘criolla’ qui choisit l’espagnol (ou castillan) comme langue nationale, laissant les langues amérindiennes, encore une fois, à la marge du corps national en construction et exclues de la définition de l’héritage culturel qui est censé lui être associé et le caractériser. La jeune république de l’Équateur a non seulement institutionnalisé la diglossie, mais l’a légitimée au nom de la nécessaire construction d’une nation unie et homogène. L’espagnol est devenu la langue de l’État et a été depuis imposé à travers des politiques culturelles et éducatives, au XIXe et durant toute la première moitié du XXe, avec des effets acculturants manifestes qui ont fragilisé davantage encore la survivance des langues dites autochtones.

Se servant du cas équatorien comme élément de comparaison, ce séminaire pédagogique et les activités prévues pendant celui-ci se proposent d’étudier les questions suivantes :
1. La langue est-elle signe de pouvoir ?
2. Quelles sont les implications de l’interculturalité dans un contexte plurilingue ?

 

Objectif général

Ce séminaire du CEL a pour but de promouvoir la discussion concernant la coexistence de plusieurs langues sur un même territoire. La salle du séminaire (le Learning Lab) deviendra donc un espace d’expérimentation. En effet, la formatrice et les participants s’interrogeront sur le statut des langues parlées par le public présent (notamment le français, l’anglais et l’espagnol mais pas exclusivement) et le défis de vivre l’interculturalité. Ces données seront comparées au cas équatorien.

Pendant ce séminaire, dédié à tout public intéressé par le plurilinguisme et l’interculturalité, il sera question de créer des produits (i.e. du matériel et/ou des activités pédagogiques) et de réfléchir à des stratégies qui permettraient de promouvoir le plurilinguisme et des rapports symétriques entre locuteurs d’une même culture ou de cultures différentes.

 

Contenu

Les questions suivantes seront abordées sans que cette liste ne soit restrictive ni exhaustive :

  • Pourquoi les langues sont-elles importantes, par exemple dans notre construction identitaire ?
  • Qu’est-ce que l’interculturalité ? Qu’implique “être interculturel” ? Comment le devenir ?
  • Comment peut-on favoriser la transmission du patrimoine culturel et linguistique par le biais de pratiques nouvelles (e.g. les TIC, les réseaux sociaux, etc.) ou plus traditionnelles (e.g. la tradition orale) ?
  • Ma langue ou ma variante linguistique jouit-elle d’un bon prestige (e.g. langue dominante vs langue minorisée) ?
  • Est-ce que mon attitude vers d’autres langues ou variantes linguistiques est stéréotypée, i.e. imposée par la société ou le groupe dominant de celle-ci ? Comment mon attitude a-t-elle affecté les locuteurs d’autres langues ou variantes de ma propre langue ? Comment l’attitude d’autres locuteurs m’ont affecté ?
  • Si ma langue ou ma variante linguistique est en danger de disparition, que puis-je faire ? Pourquoi le faire ?



INFOS PRATIQUES

Lieu

Université Jean Moulin Lyon 3
Manufacture des Tabacs
6 cours Albert Thomas
Lyon 8e
Salle 129 - Learning Lab

Contact

David MACIAS BARRES

Type

A la Une - Intranet, A la Une - net3, Actualité net3

Thématique

Recherche

PARTENAIRES

Partenaires

Institut des Amériques

Inscriptions

Université de Lyon