• [hal-02501041] Sur le paysage sociolinguistique et identitaire d'al- Andalus : observations historiques, systémiques, et voies de recherche
    27 mars 2020
    Dans ce travail on examine quelques faits et hypothèses de contacts entre les langues et identités en présence dans la péninsule ibérique (al-Andalus) et en Afrique du Nord. Ces deux régions entretiennent des liens constants, et l’on peut penser au départ que ce qui se passe d’un côté peut aussi se produire de l’autre. C’est pourquoi, après le rappel des conditionnements historiques qui ont pesé sur la genèse identitaire d’al-Andalus, on applique à la péninsule ibérique le principe d’organisation sociolinguistique polaire posé par l’auteur depuis plusieurs années. La réflexion, si elle confirme et éclaire le positionnement très élevé du pôle arabe dans le système sociolinguistique d’al-Andalus, permet aussi d’entrevoir plusieurs difficultés sur la manière dont on a jusqu’à présent posé les questions du « mozarabe » (pôle roman) et du berbère. Il est probable qu’on a simplifié, voire caricaturé le premier. On oublie souvent que le roman originel fut fondamentalement oral, à une époque où la Romania est en général mal connue. Néanmoins, la réflexion principale menée se fonde sur l’observation de langues écrites, qui n’est certainement pas la plus indiquée pour travailler sur une langue orale, minorisée et, bien souvent, cryptique. Le berbère a été également oublié de la donne. La manière dont on l’aborde en général ne convient pas davantage à une langue principalement orale et fortement minorisée, familière des procédures sociolinguistiques de dissimulation. Dans le système sociolinguistique d’al-Andalus, il est donc probable que la réflexion sur les langues orales stigmatisées (roman, berbère) devrait être reprise, mais à condition que les approches soient menées sur des bases nouvelles. Peut-être pourra-t-on alors enrichir notre connaissance anthropologique d’al-Andalus, et lever des inconnues qui pèsent sur notre compréhension globale de cette région et de cette époque de la Méditerranée occidentale.
  • [hal-01571900] El Centro de Estudios Ecuatorianos (CEE) de la Universidad Paris Nanterre : miradas cruzadas sobre la producción cultural ecuatoriana desde hace 45 años
    10 février 2020
    Fundado en 1972 en la Universidad Paris Nanterre, el Centro de Estudios Ecuatorianos (en adelante CEE) es el centro de investigación europeo más antiguo en dedicarse exclusivamente a investigar la producción cultural ecuatoriana desde la perspectiva de los estudios culturales. No se trata aquí de describir ni de enumerar los proyectos organizados por el CEE sino más bien de entender las miradas que suscitaron. En efecto, el CEE ha privilegiado miradas dobles, e incluso complementarias, desde Francia sobre el Ecuador y también sobre la producción cultural ecuatoriana en Francia. Se han promovido así los intercambios y la circulación de ideas entre ambos países. El CEE no es, pues, una mera iniciativa francesa sino el resultado de una colaboración mutua. Dicha colaboración se dio primero con actores ecuatorianos y, en particular, gracias al notable protagonismo de Darío Lara, entonces diplomático en París y cofundador del centro. Cabe resaltar también la participación de investigadores e intelectuales (ecuatorianos y/o ecuatorianistas) y el apoyo de instituciones culturales ecuatorianas en Francia. Intentaremos mostrar cómo la reflexión colectiva del CEE, en 45 años, ha permitido rastrear la emergencia de nuevos actores y nuevas preocupaciones en la producción cultural ecuatoriana. Pondremos entonces de realce el protagonismo de los autores de la diáspora, la reformulación de la ecuatorianidad a la luz de la interculturalidad, la necesidad de preservar el patrimonio cultural, los esfuerzos por democratizarlo y difundirlo dentro y fuera del país así como el desarrollo de una reflexión transdiciplinaria para entender lo ecuatoriano.
  • [hal-01523827] Lingüística y planificación curricular en la era digital : el caso del semestre 2 de Espagnol LV2 del máster LCE en la U. Jean Moulin
    10 février 2020
    En esta contribución nos enfocaremos en el semestre 2 de la formación, durante el cual se trabaja un proyecto de emprendimiento. Describiremos el proceso de diseño de la asignatura Espagnol LV2 del Máster Langue, Culture et Entreprise de la Universidad Jean Moulin (Lyon 3). Primero veremos que se ha privilegiado la enseñanza enfocada a la acción para la programación de las unidades didácticas y el desarrollo de las competencias profesionales. Después nos enfocaremos en cómo se han pretendido desarrollar las competencias digitales de los aprendices. Finalmente abordaremos la cuestión de los contenidos lingüísticos, dando particular importancia a la gramática.
  • [hal-01825314] Je pense (dans une autre langue) donc je suis. Quel sens donner à des cours de langues pour des étudiants en voie de professionnalisation ?
    10 février 2020
    L'élargissement des missions de l'université en direction de l'emploi conduit au défi de former un nombre considérable de spécialistes en tout genre vers des horizons professionnels auquel les linguistes à l'université sont, il faut l'avouer, relativement peu préparés. Par ailleurs, les moyens alloués au secteur LANSAD sont globalement peu élevés compte tenu des masses et des objectifs élevés qui incombent aux enseignants de langue. La rédaction d'un courriel dans un anglais professionnel crédible et convaincant ou la compréhension d'un article de recherche supposent en effet que le ou la linguiste conçoive des cursus en direction d'une compétence bien définie. Certes cette compétence est restreinte à un objectif spécifique mais elle n'en est pas moins profonde. Dans cette présentation, nous défendons l'idée selon laquelle l'identité professionnelle ou académique que nos étudiants acquièrent progressivement dans le cadre de leur formation disciplinaire forme un levier puissant pour la construction d'une compétence solide et réaliste en langue, et inversement. Nous nous appuierons sur deux programmes d'anglais de spécialité s'adressant à des étudiants aux identités très différentes : des spécialistes de philosophie d'une part et des spécialistes en sciences de l'information d'autre part. En dépit de leurs différences en termes de contenus, les deux programmes montrent à quel point le cours de langue à l'université ne saurait être réduit au minimum utilitaire. Il se présente au contraire comme un vecteur légitime d'identité académique et professionnelle.
  • [hal-01874168] The renewal of intensifiers and variations in language registers: a case-study of very, really, so and totally
    10 février 2020
    The renewal of intensifiers and variations in language registers: a case-study of very, really, so and totally The purpose of this paper is to investigate the renewal of intensifiers in English over time and the consequences of such a renewal process. It is assumed that intensifiers are popularized because of their intensifying force. Through frequency of use and over time, intensifiers tend to lose said intensifying force. That is when the renewal process occurs. This process promotes new adverbs to the rank of intensifying adverbs. In some cases, a newly created intensifier may become the most frequently used intensifier until it loses its intensifying force and needs to be replaced again. The renewal process seems to have consequences on language register. Indeed, "older" intensifiers are not replaced by newer, fresher, more expressive intensifiers entirely. They remain in use, but they are assigned new functions and they are employed in different contexts. My assumption is that intensifiers that have recently emerged such as totally tend to bear on adjectives or other parts of speech belonging to colloquial language. On the contrary, adverbs that developed a long time ago such as very tend to modify adjectives or other parts of speech belonging mostly to the standard or formal registers. There seems to be a correlation between the intensifying force of an adverb and language register. 1) The renewal of intensifiers The first part of this paper will deal with the causes of the renewal process. I will briefly present those intensifiers that were the most frequently used intensifiers at some point in their development. This will be based on T. Mustanoja [1960] who retraces the evolution of the renewal of the most popular intensifiers from the 14 th century to the 21 st century. This study will focus on the four most popular intensifiers of the 21 st century, i.e. very, really, so and totally. 2) Presentation of the corpus used for my study The second part of this article will be devoted to the presentation of the corpus I used for my study. I worked on all 9 seasons of the American TV series How I Met Your Mother. I will explain what methods I used to analyse the data and detail the results of my analysis. 3) A closer look at the four most popular intensifiers of the 21 st century: very, really, so and totally Firstly, for each adverb under scrutiny, I shall present their frequency of use in my corpus. So appears to be the most frequently used, which makes it the most popular intensifier of this century. However, totally seems to be on the rise and it may be a potential candidate for the replacement of so. Very and really both have a high frequency of use, but not as high as the frequency of use of the adverb so. Furthermore, a closer look at the distributional context shows that intensifiers are not used with the same types of adjectives. Very and really tend to be used with adjectives belonging to the formal or standard registers while so and totally tend to co-occur with adjectives or other parts of speech belonging to colloquial language. Very tends to be used mostly with adjectives expressing opinion or appreciation. They convey the speaker's opinion and subjectivity. Let us not that very has also reach an advanced stage of grammaticalization and lexicalization. As such, it may be seen as a function word as D. Bolinger [1972 : 28] confirms « [i]f there are function words, very is surely one of them ». Some linguists, such as C. Stoffel [1901 : 33] go as far as saying that very is an empty word : It is easy to see that a word which at so early a period was on its way to become an "empty" word, was especially adapted for being used as a colourless intensive.
  • [hal-01874177] La grammaticalisation et la pragmaticalisation des adverbes intensifieurs en anglais : le cas de really
    10 février 2020
    Les adverbes intensifieurs en anglais ont la particularité de se situer dans la zone de passage qui relie le lexique à la grammaire dans la mesure où nous postulons qu'ils sont issus d'un processus de grammaticalisation inachevé. Certains d'entre eux sont parfois même soumis à un processus de pragmaticalisation, comme c'est le cas pour l'adverbe intensifieur really. Après avoir posé les fondements théoriques sur lesquels reposera notre argumentation, nous présenterons les données recueillies dans notre corpus. Nous reviendrons ensuite sur les critères qui permettent de considérer que really a fait l'objet d'un processus de grammaticalisation puis nous nous demanderons dans quelle mesure l'on peut considérer qu'il a également subi un processus de pragmaticalisation.